Coupe du monde de plongeons

Le 23/04/2014 à 07h40 - Compétition de natation

En natation, faire un plongeon signifie sauter dans l’eau la tête en premier. Le plongeon n’est pas qu’une figure acrobatique à la piscine pour épater ou pour s’amuser. Il s’agit d’une discipline sportive à part entière, régie par un ensemble de règlements fixé par la Fédération Internationale de Natation (FINA). Le plongeon sportif consiste à se jeter dans la piscine à partir d’une hauteur précise, en agrémentant le saut de techniques acrobatiques réglementées. La Coupe du Monde de Plongeon, dont le nom officiel est FINA Diving World Cup, existe depuis 1979. Elle a lieu tous les 2 ans.
Compétition plongeon

Les hauteurs de tremplin à la coupe du monde
Lorsque le championnat est créé en 1979, seulement 2 des épreuves existant aujourd’hui étaient proposées. Comme aujourd’hui, les plongeurs professionnels sautaient soit d’un tremplin de 3 mètres de haut soit d’une plateforme culminant à 10 mètres (on qualifie cette épreuve de Haut Vol 10 mètres). À noter que les dimensions des plongeoirs ont toujours été identiques : les tremplins font au minimum 4,8 mètres de longueur sur 50 cm de large tandis que les plateformes mesurent 6 mètres de long sur 2 mètres de large. A compter de 1989, la FINA intègre des épreuves de sauts à partir de tremplins de 1 mètre de haut seulement.
Les tremplins sont construits en matériau composite et se caractérisent par leur souplesse. Le plongeur s’avance jusqu’au bout puis il rebondit afin d’accroître son altitude lorsqu’il s’élance pour réaliser son plongeon. C’est un peu comme s’il prenait son élan. Il est possible de varier la rigidité du tremplin à l’aide du rouleau situé en dessous de celui-ci et que l’on avance ou recule en fonction du résultat souhaité. À la différence des tremplins, les plateformes, construites en béton, sont totalement rigides.
Durant la Coupe du Monde de 1995 à Atlanta, une discipline supplémentaire vient enrichir le panel déjà existant : le plongeon synchronisé tremplin 3 m et le plongeon synchronisé haut vol 10 m. Le plongeon synchronisé est effectué en duo. Les partenaires coordonnent leur plongeon, chaque à partir de son tremplin distinct : tout durant le saut doit se faire en synchronisation.

La qualité des plongeons
L’athlète se jette du plongeoir et effectue des mouvements acrobatiques. Chaque participant a le droit de réaliser 6 types de plongeon : retourné groupé, renversé carpé (en effectuant un salto), arrière groupé (en réalisant un demi-salto), avant tendu (le plus classique), à l’équilibre (figure réservée exclusivement au haut vol et consistant à s’élancer en prenant appui sur les mains) et agrémenté de vrilles.
Concernant les épreuves individuelles, le compétiteur est jugé sur l'élégance de son plongeon et l'habileté dont il fait preuve durant son passage. Les points suivants sont observés et appréciés par le jury : l'approche, l'élan ou l’envol, l'exécution et la pénétration dans l'eau. Les notes attribuées tiennent compte du niveau de difficulté des plongeons réalisés : plus il y a de manœuvres, telles que les saltos, plus il y a de chance que le jury accorde une note élevée. Pour les épreuves synchronisées, les membres du jury sont attentifs au synchronisme et à l'exécution individuelle.